25 Août 1940DISSOLUTION DE L’ESCADRILLE DES « DIABLES ROUGES » !

            A quoi bon essayer de retracer ces heures décevantes que nous avons vécus depuis notre arrivée en terre d’Afrique, pour aboutir enfin à cette brève note de service, sèche comme un télégramme de deuil. :

            « Le groupe II/4 est dissout à la date du 25 Août 1940 »

            Ordres, contrordre, espoirs, déception, désarmement des avions, MERS-EL-KEBIR, réarmement, convoyage à DAKAR ( ?) déplacement à RABAT et CASABLANCA pour la couverture de la Côte, préparatifs fiévreux en vue de la fameuse mission sur le caillou de GIBRALTAR, interdiction de vols, vols goutte à goutte …

            Le coup fût amer. Que dire de notre amertume devant les ténébreuses intrigues qui vont présider à la dissolution du groupe !

           

Dans notre candeur naïve, nous pensions que ses 9 mois d’engagement,  ses 15 blessés, ses 10 tués, ses victoires auraient été de quelques poids …

            Quelques joies : les quelques dizaines d’heures de vol (1h) par pilote et par semaine ! que le commandant de groupe avait réussi à arracher à nos chefs (Les Grands nous furent de douces consolations : exercices de combats, exercices d’attaque en vol rasant, passage en rase mottes sur la piscine, et même (miracle de comptabilité des heures de vol ) voyage à MARRAKECH. Quelles belles « Progressions » !

            Des camarades vinrent se mêler momentanément à nos jeux : le Commandant GUYOT,  Lieutenant BRET, Adjudant SOULIE, reliquat du Groupe ¼ que nous vîmes partir peu à peu démobilisés.

            Démobilisé aussi le sous-Lieutenant BLANC après avoir passé un mois à l’Hôpital à guérir sa blessure.

            Et au fond de nous-mêmes nous entretenions un secret espoir, espoir indéfini et impossible, miracle qui nous aurait rendu la liberté des vols, de la bonne essence « C » et de bonnes explications avec les Messer.

            Le compte n’est pas réglé, le livre reste ouvert n’est ce pas CASENOBE ?

            Puis ce furent les quinze derniers jours. Interdiction de vols. Démontage des avions, on stocke, on stocke ! …

            Le cœur déchiré, la mécanique doit travailler pour le Roi de Prusse, Braves mécaniciens, auxquels il faut que ce soit en cette triste occurrence que je rende un dernier hommage ! Toujours à la peine, jamais à l’honneur ! sachez toute la reconnaissance que nous vous gardons dans notre cœur ! …

            Voici donc terminée la brève mais bien remplie existence de l’Escadrille des « DIABLES ROUGES »

15 Mai 1939 – 25 Août 1940

15 mois et 10 jours

31 victoires

30 citations

 

…… O VOUS  !

 

Capitaine GUIEU

Sous-Lieutenant TIXIER

Adjudant  VILLEY

Sergent SAILLARD

Sergent DIETRICH

Sergent JEAN

tués glorieusement au combat  !

 

…. ET VOUS AUSSI

 

Sous-Lieutenant GUILLOU

Sous-Lieutenant BLANC

Adjudant-chef CRUCHANT

Adjudant PAULHAN

Sergent BALLIN

Sergent TRUHLAR

Sous-Lieutenant CUNY

Sergent BONNEAU

Sergent LECERF

Sergent DANLOUP

Soldat CAPMARTY

 

qui avez donné de votre sang et souffert dans votre chair ……

Puisse votre sacrifice n'avoir pas été vain !

 

MEKNES , le 25 Août 1940

 

-GIRARD -



 

30 AOUT  1940  -  PRISE D'ARMES POUR LA DISSOLUTION DU GROUPE  -

           

            Officiers, sous-Officiers et soldats du groupe de chasse 2/4 :

           

            Vous mes frères d'Armes, je viens vous dire adieu  !

 

            Laissez moi évoquer d'abord l'image de celui qui, dès le début de la Guerre vous a conduit aux succès et le 16 juin a disparu.

            Que son souvenir plane sur nous  !

            Commandant BORNE, mon Ami, je t'ai rejoint dans la Bataille et tous, nous avons combattu sous tes ordres avec joie. Un jour tu es parti, en Mission, pour ne plus revenir, et avant de nous quitter, tu m'as confié ton groupe : je me suis efforcé d'y continuer la tâche que tu avais entreprise. Ton souvenir était près de moi, vivace et conseillant.

            Hélas, je n'aurais pas le bonheur de garder ce que tu m'as donné. La dure loi du vainqueur pèse sur nous, et le passé du Groupe, sa Gloire et ses sacrifices ne l'auront pas préservé d'un destin impitoyable. Le Groupe 2/4 est dissous, notre Groupe n'est plus. Tous nos morts, tous nos disparus nous contemplent et pleurent avec nous sur notre détresse.

 

Commandant   BORNE                                  Disparu à l'ennemi

Capitaine         GUIEU                                   disparu à l'ennemi

Capitaine         CLAUDE                                Mort au champ d'honneur

Lieutenant        DUPERRET                            Mort au champ d'honneur

Lieutenant        TIXIER                                   Mort au champ d'honneur

Adjudant          VILLEY                                  Mort au champ d'honneur

Sergent            SAILLARD                            Mort au champ d'honneur

Sergent            JEAN                                      Mort au champ d'honneur

Sergent            VINAY                                   Mort au champ d'honneur

Sergent            DIETRICH                             Mort au champ d'honneur

 

            Vous tous je vous envie, car vous n'aurez pas vu cela.

            Et vous, mes compagnons d'Armes, qui êtes restés près de moi et qui, le front courbé partagez ma peine, je vous dis une dernière fois adieu. Je dis adieu à ce Drapeau que je ne reverrai plus …

            Mais vous pourrez continuer votre Carrière, la tête haute et le regard fier car dans les plis de ce Drapeau vous avez écrit de la Gloire.

 

                                                                                              -  ROZANOFF  -

 

 

 

CONSTITUTION DE L'ESCADRILLE AU 25 AOUT 1940

---------------------------------------------------------------

 

LES PILOTES  :         Lieutenant        GIRARD                                 Adjudant  CASENOBE

                                   Sous-Lieutenant  GUILLOU                           Sergent-chef  CHALLE

                                   Sous-Lieutenant  TREMELO                          Sergent     CARRERE

                                   Sous-Lieutenant  RUBIN                                Sergent     COISNEAU

                                   Sous-Lieutenant  GERARD

 

Comptent toujours à l'Escadrille mais quand les reverrons – nous ?

Sous-Lieutenant  CUNY disparu le 14 Mai  -  prisonnier                   

Adjudant-chef  CRUCHANT blessé le 20 Avril   -    resté en France dans les hôpitaux

Adjudant          PAULHAN blessé   le   8 Juin     -    resté en France dans les hôpitaux

Sergent             BALLIN  blessé      le  10 Mai    -    resté en France dans les hôpitaux 

 

LA MECANIQUE  :   Adjudant-chef   TARROQUE, chef de hangar

                                   Adjudant           METZ, sous-chef de hangar

Adjudant  CASTELAIN                     Sergent  DECAMP                 (Mécaniciens d'avions)

Sergent-chef    COURBOT                 Sergent  DECKERT               

Sergent-chef    GILET                         Sergent  DALLET                  

Sergent-chef    JACQUEMIN             Sergent  LACHENARDIERE  )

Sergent-chef    EISENMAN               Caporal-chef  BLANC           

Sergent            WAGON                    Caporal-chef  LAZZERI        

Sergent            CHAMOT                  Caporal-chef  GOIZET      

 

Caporal-chef    LOUAGE                      (Mécaniciens d'armement)

Caporal-chef    CAPOUILLET            

 

Sergent            BOUCHEZ                    (Mécaniciens d'électricité-radio)

Caporal-chef    MAFFRE                  

 

Sergent            LESAGE                       (Service Général)

Sergent            NOEL                  

 

Sont restés en FRANCE blessés :

 

Sergent-chef    BONNEAU                    (Armurier)

 

Sergent            LECERF                          (Mécaniciens d'avions)

Sergent            DANLOUP                    

Caporal chef    SAVOYE                         Mécaniciens d'équipements)

Caporal chef    MONTGUIT      

 

 

LE    DERNIER    ARROSAGE   !

-=-=-=-=-=-=-=-=-=-

 

MON COMMANDANT, MES CHERS CAMARADES   !

 

Tout d'abord nous allons souhaiter la bienvenue au Sergent-Chef CHALLE. Les circonstances, sa maladie, un malentendu enfin nous avaient empêchés de le faire en temps voulu. Mon cher CHALLE, je suis heureux de vous souhaiter la bienvenue parmi les "DIABLES ROUGES", comme j'aurais été heureux de le faire lors de votre arrivée ici. Certes, je sais que vous n'avez pas trouvé à l'Escadrille toutes les satisfactions auxquelles vous auriez été en droit de prétendre en d'autres circonstances…

J'espère néanmoins que vous ne garderez pas un trop mauvais souvenir des deux mois passés avec les D.R. ! …

 

Et maintenant mes Chers camarades, nous allons évoquer le souvenir de Ceux qui ne sont plus :

            Le Capitaine GUIEU, votre premier Chef, il avait créé notre Escadrille. Au moins il n'aura pas connu ce moment.

            Le sous-Lieutenant TIXIER, tombé au premier combat …

            L'Adjudant VILLEY, vieux Diable rusé qui avait mené à bien tant de bagarres et qui un jour n'est pas revenu ….

            Le petit DIETRICH si jeune que vous appeliez Marlène …

            SAILLARD et JEAN tombés aux premières heures de la Guerre …

            Pensez aussi à CEUX qui sont restés là-bas :

 

            Gilbert CUNY, mon ami, mon vieux camarade, descendu, blessé, puis resté aux mains de l'ennemi ;

            Le Grand CRUCHANT, que 4 longs mois d'hôpital n'ont pas guéri des rudes coups qu'il a reçus ;

            PAULHAN qui souffre encore de la balle qui lui a arraché le bras  ;

            Le brave BONNEAU auquel on vient de retirer de la jambe un 17 ème éclat  ;

            BALLIN remis de ses brûlures  ;

            LECERF et DANLOUP qui, je crois sont maintenant rétablis.

 

Voici le moment mes chers camarades, où nous allons nous séparer, nous disperser. Pour tous, l'avenir est incertain. Pour quelques uns même c'est très bientôt que les difficultés vont commencer.

Je comprends votre tristesse et votre amertume. Depuis votre arrivée ici, les déceptions, les rancoeurs même se sont accumulées.

Et bien, je voudrais qu'à ces sentiments fasse place un sentiment de fierté :

 

Celui d'avoir appartenu au Groupe II/4 et à l'Escadrille des " DIABLES ROUGES " 

 

 

Soyez fiers  !  Vous avez bien travaillé  !

Vous, les pilotes, avec votre esprit magnifique,

Vous, les mécanos, par votre labeur opiniâtre de chaque jour, labeur obscur et parfois ingrat, nous vous gardons de la reconnaissance au fond de notre cœur.

Il y a aussi cette camaraderie merveilleuse que 11 mois de Guerre avaient scellée. Il ne faut pas la laisser perdre. Le Capitaine ENGLER sera là pour cela. Ecrivez lui souvent, écrivez aussi au Commandant ROZANOFF et à moi-même ; écrivez à vos anciens Chefs. Ils vous porteront aide et conseils comme ils l'ont, croyez-le toujours fait.

 

                                                          ET MAINTENANT, JE VOUS DIS ADIEU

 

LEVONS NOTRE VERRE

 

A L'ESCADRILLE DES " DIABLES ROUGES "

 

AU GROUPE DE CHASSE 2/4

 

A  LA  FRANCE    ! ! ! !

 

 

 

                                                                         MEKNES, le 5 SEPTEMBRE  1940.

 

-  GIRARD  -

 

 

-=-=-=-=-=-=